Aller au menu

Numéros d'urgence

  • 15 Urgences médicales
  • 18 Pompiers
  • 112 Numéro d’urgence européen

RAAC – Réhabilitation Améliorée Après Chirurgie

Mme Céline MICHE : Infirmière Diplômée d’Etat, coordinatrice RAAC
Appel au Standard 04 71 04 32 10  + Mise en relation avec le 16 88
Du lundi au jeudi de 8h15 à 16h00

La RAAC constitue une nouvelle pratique en lien avec des modalités d’amélioration de la qualité de prise en charge globale et d’optimisation des parcours-patients, mais aussi en termes de gain en efficacité non négligeable.

Ces mesures sont mises en place avant, pendant et après la chirurgie, avec un objectif essentiel, rendre le patient acteur de sa prise en charge : informer et aider le patient à se préparer à l’intervention, limiter l’agression chirurgicale, mobiliser tous les intervenants dans un projet commun, pour permettre une récupération précoce vers l’autonomie, avec un séjour hospitalier plus bref, et en réduisant d’autant les risques nosocomiaux.

Ce parcours entraine une cohésion entre les différents acteurs extra et intra-hospitaliers gravitant autour du patient (anesthésiste, paramédicaux des unités, personnels administratifs, infirmière RAAC, médecins nutritionniste, diététicienne, chirurgiens,…) et ce, en pré-per et post-opératoire.

La RAAC correspond à une organisation spécifique des soins selon la notion de « chemin clinique » centrée autour du patient qui devient acteur de sa prise en charge.

Pôle : Chirurgie

Chef de pôle : Dr Guy LESCURE
Directeur référent : Anne TRANCHARD
Chirurgien référent : Dr Hubert PETIT
Cadre supérieure : Christelle BALEYDIER
Cadre de santé : Isabelle ALLEMAND
IDE RAAC : Céline MICHE

La RAAC sur le CHER

La RAAC a été définie dans les années 1990 par l’équipe danoise du Professeur Henry Kehlet, et a été mise en place en 2017 sur notre établissement. Elle est actuellement mise en place dans 3 spécialités :

 

ORTHOPEDIE: Prothèse totale de hanche, prothèse totale de genou, prothèse totale d’épaule

CHIRURGIE GYNECOLOGIQUE: hystérectomie

CHIRURGIE DIGESTIVE: chirurgie colorectale, foie, estomac, pancréas.

En amont de l’hospitalisation pour chirurgie :

La pré-habilitation constitue la 1ère étape de cet accompagnement, et sous-entend la préparation physique, nutritionnelle et psychologique du patient avant l’intervention, pour une récupération optimale après la chirurgie.

Elle se déroule sur plusieurs semaines avant l’intervention, et est donc actuellement pratiquée sur le CHER pour la chirurgie orthopédique, digestive et gynécologique.

Selon la spécialité, le patient suit un parcours différent :

  • En orthopédie, en amont de l’hospitalisation, il bénéficie d’une journée en hôpital de jour en médecine ambulatoire : consultations médicale et anesthésique pour évaluation de l’état général, consultation infirmière RAAC, consultation avec kinésithérapeute, consultation avec une diététicienne, et Imagerie Médicale si nécessaire.
  • En gynécologie, le parcours préopératoire comprend une consultation d’anesthésiste et une consultation infirmière RAAC programmées sur la même journée.
  • En digestif, avant la chirurgie, le patient bénéficie sur la même journée de plusieurs consultations : consultation nutrition (Médecin nutritionniste et diététicienne), consultation anesthésie, consultation avec l’infirmière RAAC, consultation avec l’Infirmière stomathérapeute si besoin, et à la demande, une entrevue avec le chirurgien. 
 

A noter que lors de la consultation chirurgicale et/ou lors de l’entrevue avec l’IDE RAAC, la sortie du patient est abordée et anticipée (Liens avec SSR – hôpitaux locaux et assistante sociale), afin d’évaluer les besoins et les attentes du patient, le PRADO (service de la CPAM) contacte les patients environ 2 mois avant le geste opératoire, afin de planifier les demandes de soins, notamment en termes de kinésithérapie en orthopédie.

Pendant l’hospitalisation : quelques grands principes

  • Un jeûne prolongé n’est plus nécessaire, au contraire une boisson sucrée est préconisée.
  • La prémédication n’est plus systématique, l’aromathérapie est parfois utilisée.
  • En per-opératoire, une analgésie avec épargne morphinique est privilégiée.
  • Au niveau chirurgical la voie mini invasive est préférablement utilisée et autant que possible absence de drainage.
  • Le patient est encouragé avec l’aide des équipes soignantes à se lever l’après-midi même de l’opération et à faire quelques pas.
  • Les perfusions sont obturées pour faciliter la déambulation des patients.
  • Sans attendre la reprise des gaz une alimentation précoce et adaptée est reprise l’après-midi même (sauf pour la chirurgie digestive où il faut attendre l’aval du chirurgien).
  • Dans toutes les situations, la douleur est évaluée et calmée.
  • La kinésithérapie est aussi débutée le plus tôt possible.
  • L’IDE RAAC passe voir les patients entre J1 et J3 pour faire le suivi et recueillir des données à des fins statistiques.
  • En l’absence de complication et en fonction des critères de sortie, le patient quitte le service.

Suivi à domicile après sortie :

  • Appel du patient à J + 7 post opératoire.
  • Questionnaire Grace audit à la sortie du patient, à J 30 et à J 90.

CONCLUSION

La mise en place de la RAAC implique une cohésion et un travail multidisciplinaire, avec pour objectif, une chirurgie moins agressive grâce à un environnement péri-opératoire adapté et individualisé.